Point trop n'en faut

dictionnaire égotique de littérature et textes... par Gaëlle. //

07 avril 2009

Musique, subst. fem.

"De la musique avant toute chose" disait Verlaine. La littérature et la musique sont souvent liées, la faute à la poésie d'abord qui est une musique. Mais chaque oeuvre porte sa petite musique à l'image de La Recherche du temps perdu . Phèdre est un requiem de Mozart, les poèmes de Baudelaire me font penser à un jazz lourd. Peu d'oeuvres évoquent une musique joyeuse : 1969 de Murakami, c'est Paint in black des Stones, Alphonse Allais m'évoque un bon vieux rythme entrainant à la trompette, disons Vincent Malone qui reprend la musique de  France Telecom (écouter The Ultimate roi de la trompette) alors que Madame Bovary  me fait penser à un air tellement mièvre qu'il en devient ridicule : Richard Clayderman par exemple.

Chaque roman ou poème sa chanson ou son instrument : Marivaux, une flûte traversière, Homère, Efuge de Stelios Kazantsidis, Hugo est un orchestre philharmonique à lui tout seul, Diderot c'est l'album Sergent Pepper, Paul Auster est la trompette de Eric Truffaz, Aragon, ... un triangle ? (désolée Cécile !) Voltaire est un duo contrebasse-piano, Stendhal à la musicalité d'une washboard, Verlaine c'est le carillon au loin dans la campagne, Michaux The end  des Doors. Le livre que je préfère écouter reste tout de même Une saison en enfer de Rimbaud qui a le côté rugueux des Sex Pistols et en même temps la mélodie de Janis Japlin.

"la musique est dans tout. Unhymne sort du monde" disait l'orchestre philharmonique, c'est bien vrai et c'est bon.

Posté par gaelleP à 19:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Aïe !

    La douloureuse question des "correspondances" !

    Vous avez choisi ,c'est pas idiot, de la traiter par l'anachronisme. C'est à dire de devenir le creuset dans lequel tout ça se fond. Mais ce qui en re-sort n'a de sens que pour vous et ne peut prétendre à l'universalité, ce qui est contraire au projet ( pas forcément abouti, c'est vrai!) de la musique...

    Savez-vous, puisque vous citez Proust, qu'on n'a jamais, malgré les allégations les plus diverses de certains, décidé qui était Vinteuil, Franck Saint-Saëns, Raynaldo Hahn... et encore moins quelle était l'oeuvre en question...

    "Chaque roman ou poème, sa chanson ou son instrument" dites-vous, je dirais plutôt, "Chaque roman ou poème, ma chanson ou mon instrument"

    Pour ce qui est de la sublime Emma, je l'associe à quelque chose de bien plus morbide... qui n'a jamais été écrit...

    Posté par PPle Moqueur, 07 avril 2009 à 23:50
  • mon but n'est absolument pas d'etre universelle, c'est un dictionnaire égotique donc complètement auto-centré ! heureusement que chacun a sa petite musique personnelle, certains publient leur livre désormais avec un cd audio, je trouve ç abien dommage ...

    Posté par gaelle, 08 avril 2009 à 14:57
  • Et bien voilà ! Je me suis mal exprimé ! Je voulais dire plus simplement que cette "correspondance" qu'on établit volontairement ou non est d'abord une histoire entre soi et l'oeuvre puis finalement une histoire entre soi et soi... et que les autres là-dedans, sauf dans le cas où l'on partage les mêmes choix( ce qui est plus courant qu'on le pense) sont un peu exclus de la rencontre...

    Maintenant, pourquoi la "musique personnnelle" serait-elle "petite" ?
    Je ne suis pas d'accord ! Mais alors pas du tout la musique personnelle doit être grande, énorme, gigantesque ! A l'échelle de la personne !

    Ah non mais !

    Posté par PPle Moqueur, 09 avril 2009 à 01:21
  • pas de souci

    on s'est compris donc !
    la musique reste toujours douce chez moi, pour que j'entende bien les mots

    Posté par gaelleP, 12 avril 2009 à 21:37
  • mieux que compris

    nous nous sommes entendus... ah les mots...

    Posté par PPle Moqueur, 13 avril 2009 à 21:20

Poster un commentaire